Archives pour la catégorie médias

Esther et Mardochée au musée du Louvre

(1445-1510) et Filippino Lippi (1457-1504), Scènes de la vie d’Esther. Cliquer pour agrandir.

(1445-1510) et Filippino Lippi (1457-1504), Scènes de la vie d’Esther. Cliquer pour agrandir.

Les scènes du Rouleau d’Esther ont été représentées depuis des siècles par des peintres, des graveurs, des céramistes ou des émailleurs, et non des moindres. Ainsi, on peut admirer au Louvre :

► Botticelli (1445-1510) et Filippino Lippi (1457-1504), Scènes de la vie d’Esther. Ce panneau (cf. photo ci-dessus et détail ci-dessous) se trouve dans le département des peintures italiennes de la renaissance, dans une salle que tout le monde traverse en courant pour aller se prendre en selfie devant la Joconde (et donc sans même la regarder). Arrêtez-vous pour le contempler, vous pourrez même voir ce qui est finalement arrivé à Aman. Et sur le même mur, d’autres splendides tableaux, dont quelques Botticellis.

► Lucas de Leyde (vers 1489–1533), Mardochée mené en triomphe. Réserve Edmond de Rothschild.

► Jean Limosin (première moitié du XVIe s.). Plat : Esther et Assuérus. Émail peint sur cuivre, Limoges. Aile Richelieu. La scène est inspirée d’une gravure de Gérard de Jode publiée en 1585.

► Maître des Anciens Pays-Bas (XVIe s.), Aman conduisant Mardochée. Tel est pris qui croyait prendre… Cabinet des dessins.

► Véronèse (Paolo Caliari, 1528-1588), Études pour le Triomphe de Mardochée et le Couronnement d’Esther, compositions du plafond de l’église San Sabastiano, à Venise. Cabinet des dessins, fonds des dessins et miniatures.

► Jacopo Ligozzi (vers 1550-1627), Viellard assis de face [Mardochée assis devant la porte du palais royal]. Fond des dessins et miniatures.

► Rembrandt (1606/7-1669), Le Triomphe de Mardochée [Le Triomphe de Salomon ?]. Cabinet des dessins.

► Jean-François de Troy (1679-1752), Le Triomphe de Mardochée. Il faut quelque peu lever la tête pour voir ce grand (3,29 m × 7,10 m) tableau.

► Christian Wilhelm Ernst Dietrich (1712-1774), Mardochée aux pieds d’Esther, implorant la grâce des Juifs, au cabinet des dessins. Ce dessin s’inspirerait d’un tableau de Gerbrand van den Eeckhout, daté de 1669.

► Jean-Baptiste Marie Pierre (1714-1789), Aman et Mardochée. Comme l’indique la notice du musée, « ce dessin s’inspire évidemment de la composition sur le même sujet peinte par Jean-François de Troy et datée de 1740. »

Bonne promenade !

Idem, détail. Cliquez pour agrandir.

Idem, détail. Cliquez pour agrandir.

Émission de radio consacrée à Pourim 5776


L’émission de cette semaine de Monique Naccache est consacrée à Pourim avec la présence de quatre intervenants :

  • Liliane Vana, docteur en sciences des religions. Spécialiste de droit hébraïque, talmudiste reconnue, qui parle du rôle de la femme dans le judaisme selon le droit talmudique.
  • Gérard Garouste, peintre, illustrateur, décorateur et sculpteur français. Avec le rabbin Rivon Krygier ils viennent d’illustrer une Meguila d’Esther aux Éditions Hermann, sortie en librairie le 22 février dernier.
  • Nathan Weinstock et Se rire du destin, étude qui rappelle, fort opportunément la tradition parfois oubliée des Pourimshpiln.
  • Reine Gozlan parle de Candyel, qui propose des bars à bonbons et autres merveilleuses sucreries.

Purim! The Musical @ NYC

Norman Roth at the Stephen Wise Free Synagogue in Manhattan, where his Purim skits, like the “Thriller Megiller” and “The Megillah According to Rodgers & Hammerstein,” have been performed for decades.

Norman Roth at the Stephen Wise Free Synagogue in Manhattan, where his Purim skits, like the “Thriller Megiller” and “The Megillah According to Rodgers & Hammerstein,” have been performed for decades.

Every year, the Stephen Wise Free Synagogue on West 68th Street in Manhattan holds a special celebration for Purim, the Jewish holiday that commemorates the saving of the ancient Jews of Persia from mass slaughter by Haman the Agagite.

Congregants enact a lively skit known as a Purim spiel, with a plotline taken from the Book of Esther, also known as the Megillah.

There is singing and dancing to songs appropriated from a broad swath of popular music — Broadway, the Beatles, Motown, disco — but always with lyrics by Norman Roth, 77, a retired accountant who for the past 28 years has written a new Purim spiel skit each year.

He parodies these genres or artists using the same set of Megillah characters, including Haman, King Ahasuerus and Queen Vashti, Mordecai and Esther.

There was the 1992 production of The Megillah According to Rodgers & Hammerstein, when Queen Vashti’s rebuke of the King sets up the King’s song, “I’m Gonna Vashti Queen Right Outta My Hair.” Opportunity abounded in 1999’s The Megillah According to the Beatles.

» Read the full article